Les troubles musculo-squelettiques

Depuis plusieurs années, les troubles musculo-squelettiques (TMS) constituent la première maladie professionnelle reconnue en France. Ils représentent un coût financier important pour les entreprises et la société. Le coût moyen des soins et de l’indemnisations d’un TMS est supérieur à 21 000 euros.  Tous les secteurs d’activité sont concernés : le BTP, l’agroalimentaire, la métallurgie, la construction automobile mais aussi dans les entreprises de service, dans les activités comme la bureautique (travail sur écran) et les services à la personne.  Les TMS constituent également la première cause de journées de travail perdues du fait des arrêts de travail et se situent au 2ème rang des causes médicales de mise en invalidité, après les affections psychiatriques.  Les contraintes professionnelles favorisant les TMS sont de nature physique ou biomécanique, psychosociale et organisationnelle. Les principales contraintes biomécaniques sont représentées par les mouvements en force, les postures extrêmes comme travailler avec les bras au-dessus des épaules, les mouvements de torsion du poignet, de torsion du tronc, de flexion et d’extension du coude, la répétitivité élevée des gestes, l’utilisation d’outils vibrants. Les contraintes psychosociales et organisationnelles sont représentées par un travail sous contrainte de temps, une absence ou une insuffisance de temps de récupération, une forte demande psychologique, un faible soutien social au travail (de la part des supérieurs hiérarchiques ou des collègues), l’absence ou l’insuffisance de marges de manœuvre individuelles et collectives…

Laissez un commentaire

Le bonheur et le cerveau

L’équipe japonaise de Wataru Sato  vient de publier dans Scientific Reports une étude montrant que plus les personnes se sentent heureuses plus la structure cérébrale nommée précuneus est développée. Le précuneus appelé aussi lobule quadrilatère de Foville est un gyrus de la face interne du lobe pariétal du cortex cérébral situé entre le sillon calloso marginal et le sillon pariéto occipital. Il est formé de deux circonvolutions, antérieure et postérieure, séparées par un sillon vertical plus ou moins profond, nommé sillon pariétal transverse. Cette étude scientifique confirme que le précuneus est relié aux structures en rapport avec la conscience de ce que nous faisons. Les pratiques corporelles basées sur de la relaxation ou de la méditation comme la sophrologie, le shiatsu, le yoga… influencent les structures du cerveau : diminution de l’épaisseur de l’amygdale en lien avec les pulsions émotionnelles primaires, augmentation de l’hippocampe en rapport avec la mémoire, augmentation de la matière blanche permettant plus de connexions entre les zones de matière grise et augmentation de l’épaisseur du précuneus. Développer le cerveau aide à être heureux. N’oublions pas que le bonheur se définit d’abord comme la conscience d’être heureux.

Précuneus

Laissez un commentaire

Sophrologie vs hypnologie

Les techniques efficaces pour mieux-vivre sont nombreuses ; parmi celles qui ont fait leur preuve dans la lutte contre le stress, la sophrologie et l’hypnose sont incontournables. Mais quelle est la différence entre la sophrologie et l’hypnologie ? Qu’elle que soit la méthode, une consultation démarre par un entretien entre le patient et le thérapeute. Il existe clairement des points en commun entre ces 2 disciplines. Par exemple, le thérapeute utilise la voix comme support d’accompagnement. Il pratique également des visualisations et modifient les mêmes niveaux de conscience. En revanche, on note de grandes différences entre l’hypnothérapie et la sophrologie. La sophrologie représente la science de la conscience (ouverture du champ conscient) quand l’hypnose s’intéresse essentiellement à l’inconscient (champ du non conscient). Aussi, la sophrologie est un accompagnement plus centré sur la personne que sur le problème du patient, et elle s’inscrit surtout dans son quotidien. Pour résumer, la sophrologie apporte de l’autonomie au patient et est indiquée dans les champs de la réalisation de soi, les addictions, la gestion du stress alors que l’hypnose guide plus directement le patient et est particulièrement adaptée aux états d’analgésie, d’anesthésie ou encore dans le cadre d’événements traumatiques. Enfin, si vous êtes adeptes des tours de magie, désolé mais l’hypnose ne répondra pas à votre demande car elle reste un outil de psychothérapie.

Laissez un commentaire

Les bienfaits des massages

Le massage thérapeutique agit sur l’intégralité de l’organisme. Il permet notamment de soigner la surface cutanée (drainage, réduction cellulite, peau d’orange..), soulager les douleurs musculaires et articulaires, renforcer le tonus musculaire, renforcer les articulations (tendons et ligaments), optimiser la micro-circulation sanguine, réguler le fonctionnement du système lymphatique, du système nerveux et du système digestif, améliorer la fonction rénale et cardiaque, soigner les troubles respiratoires, éliminer les toxines à l’origine du stress et de la nervosité.

Le massage thérapeutique se diffère des massages relaxants par son pouvoir de guérison. Il a pour objectif de soulager et de soigner les maladies pouvant affecter l’organisme. Cette propriété lui confère la capacité de venir à bout de bon nombre de douleurs physiques et de troubles psychologiques du patient. Ce type de massage convient à tout le monde, des enfants les plus jeunes aux seniors.

Auparavant, l’homme utilisait instinctivement le toucher thérapeutique pour soulager les maux du corps. Il s’agit de l’ancêtre du massage thérapeutique, connu il y a déjà 5000 ans en Chine et en Egypte. L’évolution de la connaissance en anatomie a permis au fil du temps de rendre cette technique de plus en plus fiable et performante. En Asie, l’ayurvédique, le shiatsu ou le Thokkanam ont connu un grand succès auprès du public. Le massage thérapeutique élimine les douleurs et le stress apportant au patient un meilleur état physique et psychologique. Véritable remède contre les maux au quotidien, il suscite l’engouement des amateurs de la médecine douce. Massage anti-cellulite, massage sportif, massage femme enceinte, drainage lymphatique manuel, massage relaxation, le patient peut choisir entre plusieurs types de massage en fonction du résultat thérapeutique escompté.

Le massage thérapeutique se pratique généralement avec un produit massant comme des huiles neutre ou essentielle. Leur choix dépend de la partie du corps à traiter ainsi que de l’objectif désiré. D’autres produits de massage comme le talc, les crèmes et les gels de massages constituent également une alternative pour la pratique du massage thérapeutique. Une séance de massage thérapeutique dure environ entre 45 minutes et 1 heure 30 minutes : le praticien applique le produit massant sur la zone à traiter ou l’intégralité du corps. Il commence le massage par des effleurements pour chauffer les muscles et pour favoriser la pénétration du produit utilisé. Il continue ensuite avec des mouvements de pétrissage et de friction avant de terminer la séance par des tapotements.

Laissez un commentaire

La méthode SoMArt©

SoMArt©A l’ère du tout smart* et du tout connecté, Antoine Di Novi propose au lecteur une méthode de relaxation permettant à chacun de se recentrer pour ensuite mieux se relier aux autres. C’est à partir d’un parcours riche en expériences professionnelles, tout particulièrement dans les médecines alternatives complémentaires telles le shiatsu, l’hypnologie, la sophrologie, mais aussi à travers la pratique des arts martiaux, qu’Antoine Di Novi a créé cette méthode originale nommée SoMArt©. Véritable solution innovante en gestion du stress, SoMArt© ou sophrologie martiale, est une méthode complète de relaxation applicable chez soi et en entreprise au carrefour de l’Occident et de l’Orient. Etre SoMArt©, c’est la promesse de mieux être dans sa tête et mieux être dans son corps. La première partie décrit le cheminement qui a permis la création de la méthode SoMArt©, de la médecine traditionnelle chinoise à la sophrologie, des arts martiaux à la communication et à la psychologie en entreprise. Les second et troisième volets sont consacrés à la présentation de la méthode elle-même avec la proposition de protocoles simples à réaliser chez soi mais également au travail avec la mise en avant d’exercices uniques et adaptés à l’environnement professionnel. So, à vos marques, prêts, partez ! Contrôlez le stress dans votre vie et découvrez les secrets d’une vraie détente… Apprenez à lâcher prise, à prendre de la distance et à penser de manière positive. Développez votre créativité, votre curiosité, votre imagination et votre volonté en appliquant les 10 commandements SoMArt© : attraper les singes, dresser le coq, éviter le cheval, chevaucher l’aigle…

* de l’anglais élégant, raffiné, intelligent, astucieux. On note les objectifs smart propres aux stratégies de marketing et de communication : simple, mesurable, ambitieux, réaliste, temporel. On parle aussi des smart city, smart car, smart phone avec l’ajout d’intelligence dans les outils, les objets et les infrastructures d’aujourd’hui et de demain.

Pour se procurer le livre : http://www.somart.info

Laissez un commentaire

Le Do-in en prévention

Nommé à l’origine Tao-in,Tao signifiant la voie, le chemin à suivre et in, recevoir, le Do In a pour objectif de prévenir et traiter les dysfonctionnements de l’organisme liés à une mauvaise circulation de l’énergie. Le Do In est donc une technique d’auto massage issu de la médecine traditionnelle chinoise proche du shiatsu et basée sur la stimulation des points d’acuponcture par des pressions, des effleurements, des tapotements, des étirements. Appelé aussi auto shiatsu ou encore self shiatsu, le do-in est avant tout un art que l’on peut traduire par voie de l’énergie, voie des étirements ou des gestes. Le do in stimule les grandes fonctions du corps : respiration, digestion, circulation. Les bénéfices du Do-In sont nombreux : avec une pratique régulière, le Do-In renforce les capacités d’auto-guérison du corps ; il aide à prévenir l’apparition de la maladie et augmente la résistance du corps ; il procure une grande détente ; il maintient l’équilibre psychique et la répartition de l’énergie dans le corps. Cette méthode d’auto-massage appelé aussi self shiatsu est accessible à tous, tout niveau et tout âge. Le Do-In ne nécessite aucune connaissance anatomique préalable. Seules les mains servent d’outils naturels. Véritable instrument permanent de bien être qui débouche sur un art de vivre, facilite l’élimination des déchets toxiques de l’organisme et améliore la maîtrise de soi et la connaissance de soi. Son action en profondeur permet de soulager les douleurs, à combattre les petits maux de la vie quotidienne (maux de tête, digestion, sommeil), à éliminer les toxines de l’organisme, à assouplir, à faire circuler les liquides organiques dont le sang… Le Do-In ne présente aucun danger, aucun risque.

Laissez un commentaire

Bonne année 2016 !!

annee-singeEn cette nouvelle année 2016, il est souhaitable de garder une bonne santé physique mais aussi mentale car les temps actuels nous indiquent que les hommes se laissent envahir et happés par certains champs émotionnels ; la société est en colère ; le monde se dérègle ; les repères culturels se perdent, les valeurs essentielles et les rapports humains se dégradent. Les hommes manquent clairement de raison, de pragmatisme, de recul par rapport aux événements, qu’ils soient proches ou loin d’eux. SoShiatsu vous souhaite donc globalement de la sérénité. Chacun doit profiter de cette année du singe pour travailler son calme, accepter ses émotions mais aussi les contrôler, améliorer sa vitalité et surtout développer sa joie individuelle et commune.

Laissez un commentaire

Les méthodes pour traiter l’insomnie

Parmi les maux du quotidien, l’insomnie est très répandue. Qui n’a pas eu des problèmes de sommeil, des difficultés à s’endormir, des réveils incessants dans la nuit… Comprendre l’insomnie passe par l’étude du sommeil : fonctionnement, cycles, effets, contre-indications, température corporelle, bonnes pratiques. Cette analyse fera prochainement l’objet d’un article à part entière. Énumérons d’abord les « causes » et les méthodes qui permettent d’agir sur l’insomnie. Pour améliorer son sommeil, il ne faut pas trop manger et réapprendre à boire. L’alimentation joue donc un rôle majeur. Par ailleurs, l’influence du stress sur le sommeil est aussi prépondérante.  Les armes antistress sont nombreuses : les techniques de respiration, les exercices physiques modérés, le rêve, les méthodes de relaxation : Schultz, Jacobson, Vittoz. Parmi les actions vertueuses c’est à dire en terme de bienfait sur la qualité du sommeil, les effets du rire sont extraordinaires. Travailler son humour est à favoriser. Le rire est antistress, il permet de se relaxer ; le rire vient  avec le sourire, la fête, le chant… Cultiver son amour est aussi à mettre à oeuvre dans sa vie. Les relations entre l’amour et le sommeil sont visibles. Il nous faut parfois réapprendre à aimer pour réapprendre à bien dormir. La place de la sexualité est aussi en lien avec un sommeil profond et réparateur. Les états de la literie, du matelas, de la couette, des oreillers ont un effet direct avec un bon ou un mauvais sommeil. Savoir s’endormir s’apprend et on ne le sait pas forcément. Dormir est avant tout une question de confiance, on doit éviter de lutter avec son mental mais plutôt essayer de couper avec l’environnement extérieur.

Parmi les méthodes venues de l’Orient, les massages orientaux tout particulièrement le shiatsu et le do-in sont incontournables. On note aussi les arts martiaux comme le Tai Chi Chuan ou le yoga Nidra. De plus, les techniques complémentaires comme l’acupuncture, la moxibustion, la digitopuncture (le shiatsu énergétique) et l’auriculothérapie sont efficaces.

Parmi les méthodes promues par l’Occident, l’homéopathie obtient de bons résultats mais également l’oligothérapie, la thalassothérapie (thermalisme), l’ostéopathie et ses variantes comme la chiropaxie, la fasciathérapie et l’éthiopatie, la naturopathie, et, enfin les disciplines dérivées de l’hypnose, la sophrologie et la relaxologie.

Laissez un commentaire

Réduire son stress avec la méditation

Avant de s’intéresser à la méditation, il nous faut essayer de la définir. Le terme méditation vient du latin meditatio. Une définition simplifiée est « la méditation désigne toute pratique mentale ou spirituelle qui consiste en général à porter une attention sur un certain objet de pensée ou sur soi ». Les formes méditatives sont très diverses ; des milliers voire des dizaines de milliers de techniques méditatives existent. Les buts de la pratique méditative sont également très divers. Dans le domaine de la psychologie, la méditation est d’exercer son esprit à l’approfondissement de la réflexion ; on parle de pensée réfléchie et concentrée sur un sujet particulier. Dans le domaine des religions, la méditation englobe des exercices spirituels qui préparent à la contemplation ; elle y désigne une forme de recueillement telle une prière. On peut souligner que la méditation est au cœur des pratiques du bouddhisme, de l’hindouisme, du jaïnisme, du taoïsme, de l’islam, du christianisme. L’un des objectifs est l’atteinte d’une paix intérieure, d’une vacuité de l’esprit. Certains opposent méditation et relaxation malgré des points communs comme la modification des états de conscience et l’apaisement progressif du mental. Dans le domaine médical, les neurosciences s’intéressent aux effets de la méditation. Plusieurs chercheurs ont prouvé que les exercices de méditation améliorent le fonctionnement du cerveau et a des effets bénéfiques sur la santé. Certains psychothérapeutes et/ou scientifiques tels que Jon Kabat-Zinn ont développé la réduction du stress par la pleine conscience ou la thérapie cognitive par la pleine conscience. La psychothérapie cognitive-comportementale propose ainsi aux personnes souffrant de ruminations mentales, de stress ou d’anxiété, par exemple lors d’une dépression, une forme de méditation qui se rapproche du Zen, mais dont les éléments typiques d’une spiritualité ont été supprimés, cette technique favoriserait la diminution de ces troubles et augmenterait le bien-être, l’humeur, la volonté. On trouve la méditation avec support : observation de lumière, écoute de sons, imagination yeux fermés, etc… et la méditation sans support : être simplement présent, conscient et disponible à l’épanouissement spontané du silence. Dans les familles de méditation, on peut citer les méditations interne, externe, bouddhique, vipassana (respiration), de pleine conscience, zen, zazen, transcendantale, introspection, vibratoire Kototama, dynamique, lectio divina (les Pères du désert), du coeur, du rire, etc.. Chacun trouvera une ou plusieurs techniques méditatives qui lui conviendra selon le temps qu’il souhaite y accorder, l’endroit où il souhaite pratiquer, le contenu spirituel ou non qu’il soit croyant ou non croyant, crédule ou incrédule. L’important est à mon sens [comme je le rappelle dans mes articles], l’expérimentation qui est une voie personnelle, sans jugement, à mettre au mieux en adéquation avec qui on est vraiment (être intérieur, persona) et bien sûr le « sérieux » des enseignants.

Laissez un commentaire

Quelles sont les méthodes douces pour gérer son stress ?

C’est une question d’actualité ! Le stress est une « chose » qui nous envahit, nous parasite, nous fatigue, nous pollue….qui est-il ? d’où vient-il ? quelle méthode utiliser pour le réduire ? Le stress existe depuis tout temps. Il est sans doute apparu avec les premières espèces vivantes, plus ou moins élaborées, avec les dinosaures ou peut-être même avec les amibes et autres protozoaires. Nous partirons tout de même de l’idée que le stress a immergé avec celle de la vie humaine. Les émotions ressenties par les premiers hommes et leurs effets physiologiques sur les variations de leur battement de cœur, de leur transpiration, de leurs tremblements, de leurs maux de tête et d’estomac, incarnent les émanations et les origines du stress. Sur un plan plus sémantique, le stress vient du mot latin stringere qui peut être traduit par serré. Le mot stress provient aussi de l’anglais distress qui signifie détresse avec le sens de contrainte. Shiatsu, sophrologie, hypnose, yoga, acupuncture, de nombreuses techniques douces efficientes existent pour lutter contre le stress. Mais un élément commun est à prendre en compte : celui de la respiration. En effet, apprendre à respirer est la première étape dans la gestion efficace d’un stress vécu. Il faut donc apprendre la bonne façon de respirer, c’est-à-dire celle qui utilise le diaphragme. Il faut être à l’écoute du va-et-viens de son abdomen. Quand on respire bien, on va plus vite, plus loin et plus longtemps.

Laissez un commentaire

Relaxation

Le Petit Larousse de la Médecine définit la relaxation comme une méthode visant à obtenir une détente par le contrôle conscient du tonus physique et mental afin d’apaiser les tensions internes et de consolider l’équilibre mental du sujet. La relaxation fait appel soit à des techniques dérivées de l’hypnose et de la suggestion, soit à un apprentissage de la détente musculaire proche du yoga ou du shiatsu. Elle permet, en utilisant les interactions du physique et du psychique, d’atteindre un état de bien-être et de plénitude. La médecine y a de plus en plus souvent recours. Anxiété, phobies, névroses, stress, grossesse, préparation sportive sont devenus aujourd’hui autant d’indications de la relaxation. Chacun peut essayer afin de trouver la méthode de relaxation qui lui convient : gymnastique douce, yoga, sophrologie, shiatsu, qi gong, etc… on trouve des techniques de relaxation statique, dynamique, active, passive, basés plus ou moins sur des exercices de respiration, de postures, de déplacements, d’assouplissements, de visualisations… Le meilleur conseil est sans doute celui d’expérimenter la technique. Des critères de coût, d’horaires, et de relation avec l’enseignant viendront compléter le choix de la discipline de relaxation choisie.

Pour suivre des cours, des ateliers de relaxation sur Poitiers : Poitou Shiatsu 

 

Laissez un commentaire

Mal au dos ?

Vous cherchez une solution douce pour soulager vos douleurs au dos ou aux articulations, les contractures ou pour retrouver une liberté dans vos mouvements ? Le shiatsu a pour objet la correction et la prévention des douleurs et troubles musculo-squelettiques tels que les douleurs au dos, sciatique, lumbago, hernie discale, scoliose, discopathie lombaire, spasmes musculaires, contractures, douleurs articulaires, tendinite, arthrose, rhumatisme, maux de tête, migraines, douleurs aux mains, douleurs aux cervicales, tensions cou, torticolis, douleurs bassin, douleurs aux pieds…Contrairement aux chiropracteurs ou aux ostéopathes, les praticiens shiatsu n’effectuent pas de manipulations vertébrales. Les praticiens shiatsu réalisent des étirements passifs, des pressions avec les doigts, des massages de détente sous forme de pétrissage.

Laissez un commentaire

Massage shiatsu ou massage aux huiles ?

La rentrée scolaire ou professionnelle est désormais loin, l’hiver approche à grands pas. Vous êtes stressé, tendu ou fatigué ? Vous avez besoin d’un massage relaxant, régénérant, drainant ou tonifiant ? Plusieurs méthodes s’offrent à vous : le shiatsu va atteindre les couches profondes musculaires via des techniques de pressions avec les pouces, de pétrissage et d’étirements. Le massage avec huile va procurer une sensation de chaleur immédiate et va dénouer les muscles en surface. Le shiatsu (sans huile) et le massage avec huile favorisent la détente et le bien-être. Ils stimulent  le drainage des tissus et la circulation des liquides organiques. La réussite d’un massage est basée sur un ensemble de gestes, sur l’attention et sur l’écoute portée au corps du receveur. Le shiatsu va contenir des appuis intenses et progressifs qui élimineront les douleurs ; le massage aux huiles va induire des massages de détente plus doux, plus en superficie des muscles. Les massages sont connus et reconnus depuis la nuit des temps pour leurs vertus bienfaisantes. Utilisés pour la remise en forme, le plaisir ou la beauté, ils soulagent certains maux physiques de la vie quotidienne. Le praticien au cabinet SoShiatsu de Poitiers vous propose le choix en dissociant ou en combinant ces méthodes. Le choix se réalise toujours en respect par rapport à la demande du receveur : envie, besoin et expérience. Le praticien utilise dans le cabinet des huiles dites neutres 100% d’origine naturelle, généralement sans parfum et sans huiles essentielles.

Laissez un commentaire

Relaxation, vous avez dit relaxation ?

En ces temps où stress, anxiété, fatigue envahissent le quotidien, chacun a le droit de se relaxer. Mais comment se relaxer ? Entre les sports déjà connus et les disciplines nouvelles, entre les techniques ancestrales et celles qui apparaissent, quelle méthode de relaxation utiliser ? En premier lieu, il convient de savoir le temps que l’on souhaite accorder à une activité de relaxation. Quelques minutes sont nécessaires pour se relâcher mais 1 heure d’exercice permettra une relaxation plus profonde. Un atelier sur une demi-journée est tout indiqué si l’on souhaite ressentir ou vivre une relaxation profonde et complète. Ensuite, parmi la panoplie des techniques, qu’elles soient occidentales ou orientales : certaines se concentrent sur des exercices de respiration et de visualisation comme la sophrologie, la relaxation progressive de Jacobson, Vittoz… où les relations réciproques esprit/corps, cerveau/muscles sont marquées. D’autres priorisent un travail de relâchement musculaire et de lâcher prise avec des auto-massages sur le corps comme le shiatsu où la relation corps vers esprit est appuyée, ou encore des postures méditatives. Aussi, l’équipement imposé et le prix variant considérablement, ils peuvent devenir des indicateurs dans le choix de la discipline de relaxation. Certains courants comme le yoga demanderont l’achat d’un tapis, plaid ou couverture, coussin type zafu, des gymnastiques douces ou posturales des ballons, tapis voire des bâtons, des arts martiaux un kimono… Un tarif élevé ne garantira pas la compétence et le sérieux de l’enseignant. Des prestations non tarifées seront sans doute également à suspecter. Ensuite, il paraît efficace de pratiquer des disciplines complémentaires. Par exemple, si on exerce de la relaxation statique, dans une position allongée, confortable, au chaud, en état de semi sommeil, il sera intéressant de pratiquer de la relaxation dynamique avec des étirements passifs, des assouplissements. Enfin, il convient d’être curieux. Rien ne vaut l’expérimentation, les rapports à la discipline choisie et à l’enseignant sont tellement personnels c’est pourquoi essayez et faites-vous votre propre idée ! Bon, à vos marques, prêts, relaxez-vous…

Laissez un commentaire

L’ostéopathie et la chiropraxie japonaise ou le massage shiatsu

Le shiatsu est défini officiellement comme une technique de thérapie manuelle d’origine japonaise, inspirée du massage chinois, qui utilise des pressions principalement avec les pouces, mais aussi parfois avec les autres doigts ou les paumes des mains, sur l’ensemble du corps humain. Le shiatsu fait référence aux connaissances de la médecine traditionnelle japonaise dont les bases sont identiques à celle de la médecine chinoise et aux connaissances de l’anatomie et de la physiologie moderne. Le but du shiatsu est de traiter différents troubles fonctionnels, voire organiques spécifiques, et en tant que médecine préventive. Différents courants majeurs ont émergé des écoles shiatsu au Japon depuis plusieurs décennies. Parmi les plus connus, Namikoshi, Masunaga, Ohashi, Kawada, Tokuda, les « styles »  myo-énergétiques, sei, yin….des protocoles allant de l’énergétique au bio-mécanique sont mise en oeuvre. Les techniques s’inspirent plus ou moins et selon les courants de la chiropraxie, de l’ostéopathie, des massages occidentaux ou du amma chinois (avec le système des méridiens usités en acupuncture).

La chiropraxie est une pratique manuelle non conventionnelle qui vise à la prévention, au diagnostic, au traitement des troubles de l’appareil locomoteur, de la colonne vertébrale, des membres inférieurs et supérieurs, et de leurs effets néfastes sur la santé humaine.

L’ostéopathie est une approche thérapeutique non conventionnelle qui repose sur l’idée que des manipulations manuelles du système musculo-squelettique et myofacial permettent de soulager certains troubles fonctionnels. En France, le titre professionnel d’ostéopathe est reconnu, de même que celui de chiropracteur. Créée le 22 juin 1874 par le médecin américain Andrew Taylor Still (1828-1917), l’ostéopathie est fondée sur des techniques manuelles visant à la conservation ou la restauration de la mobilité des différentes structures de l’organisme. C’est une méthode thérapeutique à visée préventive et curative, elle se base sur l’idée selon laquelle toute perte de mobilité naturelle des organes les uns par rapport aux autres apparaît au niveau des muscles, des tendons, des viscères, du crâne ou des enveloppes (fascia) et induit des dysfonctionnements. Les ostéopathes considèrent que la médecine conventionnelle est nécessaire pour toutes les atteintes de la structure même de l’organisme. Ils traitent plutôt les maladies fonctionnelles, éventuellement psychosomatiques, ne relevant pas de rééducation en kinésithérapie. Un ostéopathe peut travailler avec un patient atteint dans sa structure corporelle une fois celle-ci prise en charge par la médecine conventionnelle.

 

Laissez un commentaire

Shiatsu : pourquoi, pour qui ? comment choisir un praticien shiatsu ?

Le shiatsu se développe peu à peu en France sans doute parce que les patients ou clients découvrent les bienfaits de cette discipline qui est une véritable médecine au Japon et reconnue en Europe comme médecine alternative complémentaire. Les français se prennent aussi de plus en plus en « main », ils se responsabilisent en prenant plus soin d’eux : plus de sport, meilleure alimentation, soins énergétiques, massages, relaxation… Le shiatsu est 100% naturel (le praticien utilise seulement ses mains, surtout ses pouces pour exercer des pressions sur le corps). Il est d’une redoutable efficacité dans de nombreux troubles fréquents comme la fatigue, les raidissements musculaires, les douleurs articulaires, les céphalée de tension, l’insomnie, les troubles digestifs, les rhumes, les allergies… Le shiatsu s’adresse à tous les publics, des bébés aux enfants, des jeunes adultes aux personnes d’âge avancé. Seuls une pathologie sévère ou traumatisme fort et récent seront à éviter pour un soin shiatsu.

Mais comment choisir un praticien de shiatsu ? Au Japon ou dans certains pays d’Europe, le shiatsu est une méthode de soins sérieuse avec un plan « scolaire » formalisé, rigoureux et dense. En France, les écoles ou les instituts de formation sont privés et il existe différents cursus. Un praticien peut suivre une formation sur 1 an s’il souhaite promulguer des soins bien-être de détente (massage bien-être, massage assis) ; en fait tout ce qui touche à de la relaxation bien-être. Il peut aussi continuer le cursus sur 3 ans au Japon car le programme est très condensé et le rythme de travail nettement plus élevé qu’en France ; la culture nippone est réputée dans ce sens jusqu’à 5 ans en France pour un praticien shiatsu intervenant sur des notions plus thérapeutiques. Après 5 ans de formation, certaines écoles comme l’institut français de shiatsu à Paris proposent des modules post-graduate. En fait, le shiatsu est une discipline asiatique venant aussi des arts martiaux c’est pourquoi le diplôme de fin d’étude n’est pas une fin en soi et seule une pratique régulière et continue permet de garder un niveau professionnel. Même si le shiatsu est reconnu comme l’art corporel du « toucher », il est particulièrement exercé dans le domaine préventif, il agit aussi dans certaines conditions dans le domaine curatif.

Laissez un commentaire

Pressé(e) par le temps ? essayez le massage assis

Vous courez tout le temps, vous vous sentez pressé par le temps et vous ne prenez justement pas le temps de vous arrêter afin de soulager vos douleurs (mal de dos, tensions dans la nuque, fatigue générale), essayez le massage assis. C’est rapide (moins de 15 minutes), efficace (agit directement sur le stress), et pratique (en vêtement et assis sur un fauteuil). Mais le massage assis c’est quoi ? Il a été formalisé aux États-Unis au début des années 1980 par David Palmer. En 1982, son maître japonais Takashi Nakamura lui a confié la mission de diriger l’Amma Institute of Traditional Japanese Massage, la première école américaine exclusivement dédiée à l’enseignement du massage Amma. Car le massage assis spécialement conçu au départ pour les salariés d’entreprise (massage détente rapide en entreprise à la pause déjeuner) vient du amma (en fait anma et anmo qui sont les massages traditionnels chinois créés il y a 4000 ans! et qui oint servi de base fondamentale pour le shiatsu japonais et les techniques d’acupression).

Laissez un commentaire

En finir avec l’insomnie…

Le sommeil est l’une des meilleures choses de la vie car il permet de se reposer, de récupérer, de s’arrêter… mais encore faut-il réussi à bien dormir. Et oui, le stress, l’anxiété, les pensées permanentes, les soucis perturbent le sommeil. Avec certains symptômes comme le mal de dos et les maux de tête, l’insomnie est devenue incontournable dans la vie des être humains. Entre ceux qui n’arrivent pas s’endormir, ceux qui ne veulent pas rejoindre leur lit et les véritables insomniaques, quelle est la stratégie à adopter pour en finir avec l’insomnie. Parmi les thérapies douces efficientes, le shiatsu obtient de très bons résultats. Le shiatsu va agir sur une dimension mécanique en dénouant d’abord les tensions musculaires, nerveuses. Puis le shiatsu va  » s’attaquer » à rééquilibrer les énergies qui ne circulent pas, mal ou trop dans le corps. En s’appuyant sur les mêmes méridiens usités dans l’acupuncture, le praticien va exercer des pressions sur des points précis du corps humain.

Laissez un commentaire

Les points d’acupuncture de l’oreille

La médecine traditionnelle chinoise est pleine de ressources et de schémas prenant source il y a environ 3000 ans. La médecine traditionnelle chinoise (MTC) est une médecine dite holistique considèrant l’être humain intégré à un ensemble vivant. En effet, lorsque la MTC étudie la maladie, elle regarde globalement la personne sujette. Le regard de la MTC est dynamique ; il porte d’abord sur la fonction de l’être puis sur sa structure. La MTC est un système dans lequel il existe des relations, visibles ou non, entre tous les organes du corps humain, dont certains sont parfois plus « proches ». La Médecine traditionnelle chinoise repose sur 5 piliers majeurs dont l’acupuncture/moxibustion, la phytothérapie (pharmacopée), la diététique énergétique, les massages et les exercices physiques. La Médecine traditionnelle chinoise a comme objectif d’entretenir la santé et de prévenir les maladies ; elle permet également de soigner grand nombre de problèmes de santé ponctuels ou chroniques (dermatoses, troubles musculosquelettiques, neurologiques, digestifs, allergies, troubles génitaux, hormonaux etc…). Pour atteindre ces objectifs, chaque personne doit équilibrer sa vie avec l’usage des éléments des 5 pratiques citées. Concernant l’acupuncture, la moxibustion et les massages (tuina chinois) type acupression (shiatsu japonais), ces techniques s’appuient sur des flux, des fluides, des tracés sur le corps humain nommés méridiens. Ceux-ci ne sont pas vraiment visibles (c’est l’une des raisons évoquée par les détracteurs indiquant que ces méridiens n’existent pas!) et parcourent à travers tout le corps. Des zones réflexes sont d’ailleurs localisées dans certaines parties plus précises. On peut noter le crâne, le visage, les mains, le dos, le ventre, les pieds, et bien sûr les oreilles. Les zones réflexes de l’oreille sont aujourd’hui intégrées dans l’auriculothérapie, discipline en vogue et particulièrement prisée par certains médecins généralistes membres de la médecine idiopathique et conventionnelle.  L’auriculothérapie est classée dans les 8 MAC (médecine alternative complémentaire) en Europe et s’inspire de l’acupuncture chinoise (même si certains pensent que c’est une pratique française car « inventée » par le Docteur Nogier en 1951). L’idée est de stimuler avec des aiguilles ou avec des massages manuels des points réflexes de l’oreille ; bien usités, ils peuvent avoir des vertus thérapeutiques (il faut tout de même savoir quel(s) et quand choisir le(s) point(s) : il y a environ 200 points juste sur l’oreille.

Laissez un commentaire

Acupression ou digitopuncture

L’acupression est une méthode de pressions sur certaines zones du corps (points énergétiques et physiologiques) avec un « support ». Elle porte d’autre noms qui ne sont que des synonymes : acupressure, acupressing, digipuncture. Elle regroupe globalement les techniques d’acupuncture, de réflexologie et de digitopuncture. De plus en plus en vogue pour sa simplicité et son efficacité, l’acupression est en réalité du shiatsu. En effet, le shiatsu est l’art incontournable du toucher et des pressions avec les doigts. L’acupression peut être effectuée par un praticien shiatsu qui appuie (presse) sur certaines zones du corps, et va agir sur le plan physiologique d’une part et sur le trajet de méridiens énergétiques d’autre part. La force du shiatsu est d’être une thérapie manuelle non intrusive qui respecte le corps du receveur (patient). Le but est de donner ce que le corps peut (souhaite) recevoir. Les pressions exercées sont donc progressives, entrant peu à peu en profondeur et permettent de rétablir les déséquilibres énergétiques présents. Les pressions généralement faites avec les pouces fonctionnent sur des  anatomiques et physiologiques (détente tendino-musculaire par exemple) et sur des circuits usités en acupuncture (médecine traditionnelle chinoise et ses concepts de méridiens énergétiques). Aussi, l’acupression permet d’obtenir de bons résultats dans les traitements de la douleur (mal au dos par exemple), dans les addictions (arrêt du tabac par exemple), dans la vie quotidienne en général (fatigue, insomnie, manque d’appétit, perte de poids…). Enfin, l’acupression peut s’accomplir en auto massage. On peut apprendre lors de cours ou d’ateliers en shiatsu des techniques à faire sur soi. L’idée est de presser certaines zones de son corps dans un but préventif afin de garder vitalité et de lutter contre le stress ou l’anxiété.

Laissez un commentaire