L’acupuncture

L’acupuncture est l’une des grandes branches de la médecine traditionnelle chinoise, basée sur l’implantation et la manipulation de fines aiguilles en divers points du corps à des fins thérapeutiques. Les points d’acupuncture sont regroupés en plusieurs ensembles appelés méridiens. Ces points sont reliés entre eux de manière non linéaire, contrairement aux représentations schématiques.

Les méridiens principaux sont au nombre de 12 et sont chacun associés à un organe et viscère (poumons, cour, foie, vésicule biliaire, gros intestin…). Ils débutent ou se terminent à l’extrémité d’un doigt ou d’un orteil. Conformément au cours d’un fleuve, dont ils sont la correspondance sur le corps, ils grossissent depuis leur source (extrémité d’un doigt) vers le centre du corps. Ils disposent de nombreux affluents, ou méridiens secondaires, et nourrissent de leur énergie la chair, les muscles, les organes internes et la totalité du corps. Il existe 8 autres méridiens dits « extraordinaires » qui contrôlent l’activité des méridiens principaux, dont ils empruntent une partie du trajet et auxquels ils assurent certaines connexions. Ils ne sont pas directement reliés aux organes et entrailles et n’ont pas la structure et les ramifications des méridiens principaux.

Laissez un commentaire

Les techniques thérapeutiques de l’Asie

Le Japon et la Chine nous apportent tout un éventail extraordinaire de techniques thérapeutiques. L’Asie a développé au fil de l’histoire des méthodes naturelles et efficaces pour gérer les déséquilibres vécus par l’homme ; pour son mieux-être, ces disciplines ont pour objectif commun : soulager, détendre, relaxer, apaiser, renforcer l’organisme.

On peut citer parmi ces médecines alternatives et complémentaires : l’acupuncture, la moxibustion, le shiatsu (technique corporelle japonaise basée principalement sur la pression des doigts), le massage (origine venant de l’Occident) et l’amma (technique corporelle venant de la Chine).

Laissez un commentaire

Se nourrir pour se soigner

La diététique énergétique chinoise n’est pas, comme on peut l’entendre (trop) souvent dans les médias français et étrangers, focalisée sur l’obsession d’une diététique du « paraître », celle d’une forme de régime dont l’objectif unique est de maigrir ou parfois de grossir.

La diététique du juste milieu ce n’est pas un régime où l’on doit calculer et mesurer des quantités de solides et de liquides à longueur de temps et à chaque repas.

La diététique du juste milieu c’est simplement le fait de mieux manger, tourné autour d’un mode sans doute plus intelligent d’une alimentation pertinente, efficace et pérenne.

L’idée de l’alimentation est simple : mélanger les saveurs, diversifier les nutriments (consistance, température notamment) avec une approche globale stimulés par le plaisir et par le bon sens. En terme d’alimentation, l’Asie nous (ré)apprend un chose très judicieuse : l’homme peut se soigner en mangeant.

Laissez un commentaire

Massage bien-être

Quoi de plus agréable qu’un bon massage pour se détendre ? Oui, mais c’est quoi un massage ? Et pour quelle technique de massage opter ? Le massage est l’application d’un ensemble de techniques manuelles qui visent le mieux-être des personnes grâce à l’exécution de mouvements des mains sur le corps. Cette thérapie agit entre autres sur la peau, les muscles, les tendons, les ligaments et le squelette, et, vise à améliorer la santé sur les plans physique que psychique. Le terme massage ou massothérapie englobe un ensemble de techniques qui, malgré leurs différences philosophiques et d’applications, partagent un certain nombre de principes et de méthodes ayant pour objectif de favoriser la détente (musculaire et nerveuse), la circulation sanguine et lymphatique, l’assimilation et la digestion des aliments, l’élimination des toxines, le fonctionnement des organes vitaux et l’éveil psycho-corporel.

Le massage peut prendre plusieurs formes :

– corporelles avec huiles
(ex. thaïlandais, suédois, californien…),

– corporelles sans huiles (ex.: kinésithérapie)

– énergétiques (ex.: shiatsu, Amma).

Il peut se réaliser sur différentes parties du corps : on peut se faire masser le ventre, les jambes, le crâne, le dos, les pieds, les mains…

Il existe une multitude de techniques de massage (bien-être, énergisant, relaxant) :

L’effleurage : c’est la première manœuvre d’un massage ; elle consiste en une prise de contact entre le masseur et le massé, et prépare le corps aux techniques suivantes. Elle peut aussi conclure un massage en douceur. On peut la pratiquer avec la pulpe des doigts puis les paumes bien à plat, en glissant sur la peau dans une direction choisie en épousant la masse musculaire. La pression exercée doit être faible et constante, la vitesse d’exécution, lente.

Le pétrissage : cette technique profonde vise à redonner de la souplesse à la peau et à détendre les muscles. On la pratique sur les parties larges et charnues du corps, mains à plat et pouces écartés, en malaxant un pli de peau. On pétrit la masse musculaire en faisant travailler les mains en alternance en tirant vers soi avec une main et en poussant avec l’autre dans la direction opposée. On déplace ensuite les mains pour couvrir une autre zone. La pression exercée doit être importante, mais pas douloureuse.

La pression glissée : c’est la manœuvre la plus utilisée dans les massages : exercée des pieds vers la tête, elle améliore la circulation du retour veineux, chasse les toxines des muscles, oxygène les tissus et détend. Elle se réalise comme l’effleurage, avec une pression plus soutenue. Les mains enveloppant totalement la zone massée, faites rouler vos pouces perpendiculairement aux fibres musculaires. On peut varier la vitesse d’exécution en fonction de l’effet souhaité : plus c’est rapide, plus c’est dynamisant.

La pression profonde : elle confronte le massé à ses tensions profondes. Ainsi, certaines méthodes de digitopuncture (réflexologie, shiatsu…) visent, par l’exercice d’une pression sur les points d’acupuncture, à influer de façon bénéfique sur les tissus ou les organes coordonnés à ces points. Pratiquer. Ce massage suppose que vous repériez d’abord les petits nœuds perceptibles au toucher et sensibles à la pression. Une fois chose faite, comprimez-les avec l’index ou le majeur contre l’os qui se trouve en dessous. En cas d’apparition d’une douleur, maintenez quand même la pression quelques secondes, relâchez puis recommencez en augmentant légèrement la pression.

Le palper rouler : c’est une manœuvre de référence en esthétique, elle vise, en stimulant les adipocytes, en relançant les échanges cutanés et en améliorant la micro circulation locale, à lutter contre la cellulite. On peut pratiquer sur les zones concernées (fesses, cuisses, ventre), en prenant un pli de peau entre vos pouces, index et majeurs, puis on fait rouler la peau en déplaçant les pouces dans la direction choisie. On effectue cette manœuvre lentement sans faire mal. Pour davantage d’efficacité, on essaie de suivre des pressions glissées.

La percussion : c’est une manœuvre dynamique qui vise à améliorer la circulation sanguine et à tonifier les tissus. La pratique se fait poings fermés à 4-5 cm du corps, on relâche les poignets puis on martèle les zones charnues, d’un mouvement lent mais assuré. On rebondit sur la peau, en cadence, jusqu’à entendre des petits bruits sourds. Ce geste peut être pratiqué avec les mains légèrement incurvées ou avec le tranchant des mains.

Laissez un commentaire

Les médecines alternatives et complémentaires

Tout comme la sophrologie, le shiatsu est classé en Europe parmi les médecines alternatives et complémentaires (terme parfaitement adapté à mon sens contrairement à la sémantique de médecine douce ou pire, médecine parallèle!). Le shiatsu est donc un ensemble de techniques corporelles d’origine japonaise qui s’appuie sur certains grands principes fondateurs de la médecine traditionnelle chinoise (exemple : la circulation de flux d’énergie, Ki ou Chi, à travers des méridiens). L’entrée des médecines alternatives et complémentaires (MAC) à l’hôpital se fait de manière assez conséquente comme en témoigne, par exemple, le plan stratégique 2010 de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) qui fait désormais place aux médecines alternatives et complémentaires – et notamment à la médecine traditionnelle chinoise – promues au rang de « thématique innovante ».

Laissez un commentaire

Bonne année 2014 !

SoShiatsu vous souhaite à toutes et à tous une très belle année 2014 ! Vitalité et sérénité seront à intégrer dans le travail personnel et le développement de chacun. Tout un art de vivre ; le changement c’est pourquoi pas maintenant.

Laissez un commentaire

Stages et Ateliers Shiatsu dans la Vienne

kanji-shiatsuLe shiatsu (littéralement « pression des doigts ») est une technique de thérapie manuelle d’origine japonaise qui utilise des pressions verticales (baro-stimulations), réalisées à l’aide des pouces principalement, parfois avec les autres doigts, les paumes des mains, les coudes ou les genoux sur l’ensemble du corps humain, en référence aux connaissances de la médecine traditionnelle japonaise (dont les bases sont identiques à celle de la médecine chinoise) et aux connaissances de l’anatomie et physiologie moderne, afin de traiter différents troubles fonctionnels, voire organiques spécifiques, et en tant que médecine préventive. Le Ministère Japonais de la santé donne la définition suivante : « le Shiatsu est un traitement qui utilise les pouces et la paume des mains pour faire pression en certains poins du corps humain afin de corriger ses irrégularités et de conserver ou d’améliorer la santé. »

Il existe plusieurs courants de Shiatsu : Ohashi, Namikoshi, Masunaga, Sakakibara, Nakazono, Yamamoto, Kawada notamment. Les bienfaits du shiatsu sont nombreux : soulager des douleurs diverses : dos, épaules, jambes, tensions nerveuses, fatigue, migraines, contractions musculaires… prévenir certaines pathologies : grippe, lumbago, cervicalgie…

J’organise tout au long de l’année des stages d’initiation aux soins shiatsu sur Poitiers et sur Saint-Benoit (atelier sur 1/2 et stage 2 journées). Je suis formé aux courants shiatsu de Masunaga, Nakazono, Namikoshi (enseignant Michel Odoul, fondateur de l’Institut Français de Shiatsu, Paris V) et de Sakakibara (enseignant Okamoto, formateur à l’Institut Thérapeutique de Tokyo, Japon).

Pour me contacter cliquez-ici

Laissez un commentaire

Sophrologie Martiale en Entreprise

Avez-vous pensé à former vos salariés à la sophrologie martiale ? Découvrez cette méthode pédagogique basée sur des corpus techniques venus de l’Orient, avec les arts martiaux (Japon), le self combat (Taïwan), et, de l’Occident, avec la sophrologie (Caycedo). Le programme, qui s’adresse à des groupes de 15 personnes maximum, explique, d’une manière originale et efficiente, les grandes thématiques de gestion du stress, des émotions et de développement personnel.

Durée de la formation : 1 journée

Objectifs de la formation : soutenir la bonne marche d’une entreprise en faisant en sorte que ses membres, des employés aux dirigeants, se sentent mieux.

Programme de la formation :

– Mieux-vivre sa fonction

– Mieux-être dans son poste de travail

– Mieux-faire ses tâches quotidiennes

– Mieux-appréhender sa carrière professionnelle

– Mieux-assimiler ses expériences

Plus d’infos sur la sophrolohie martiale en entreprise, rendez-vous sur le site http://www.soshiatsu-entreprise.fr

Laissez un commentaire

Pratiquez le Karaté Sophrologique

Le Karaté Sophrologique est un sport médical inventé par Docteur Jean-Paul GUYONNAUD dans les années 70. Comme son nom l’indique, le Karaté sophrologique est à la fois oriental par le karaté, et occidental par la sophrologie. Cette méthode « française » a été créée par Dr Guyonnaud, qui fait parti des premiers pionniers de la sophrologie, grandement médiatisée par Caycedo au Congrès de Madrid en 1960, avec les Drs Chercheve, Gabai, Sol, Abrezol, Dumont, Donnars, Cahen, Boon, Hubert.

Mais qu’est-ce que le Karaté Sophrologique ?
Le corps au secours de l’esprit,
L’esprit au secours du corps,
La médecine au secours de la psychologie,
La psychologie au secours de la médecine,
Un art martial au secours de la psychologie,
La psychologie au secours d’un art martial,
L’acupuncture au secours de la sophrologie,
La sophrologie au secours de l’acupuncture,
L’Orient au secours de l’Occident,
L’Occident au secours de l’Orient.

Dans le Karaté sophrologique on distingue des exercices respiratoires et des exercices corporels. Les cours commencent par des techniques de respiration puis nous enchaînons sur des exercices de posture composés de techniques de défense, d’assouplissements articulaires, d’étirements musculaires, de renforcement des tendons notamment. Dans le Karaté sophrologique il y a du Taichi, du Qigong, de la relaxation basée sur l’acupuncture. C’est un trait d’union entre la pensée occidentale et la pensée orientale, entre la pensée indienne et la pensée chinoise.

Ce que n’est pas le Karaté Sophrologique :
Le Karaté sophrologique n’est pas le magnétisme car il n’utilise pas de passes.
Le Karaté sophrologique n’est pas l’hypnotisme compris dans le sens de braidisme car il n’utilise pas la fixation visuelle.
Le Karaté sophrologique n’est pas l’hypnose car il ne recherche pas le sommeil hypnotique.
Le Karaté sophrologique n’est pas la sophrologie car il utilise les attitudes posturales martiales.
Le Karaté sophrologique n’est pas le training autogène de Schultz, relaxation de préférence, car contrairement à celui-ci il n’est pas exclusivement psychique ou uniquement statique.
Le Karaté sophrologique n’est pas la suggestion car il est une psychothérapie à partir des arts martiaux.
Le Karaté sophrologique n’est pas le karaté pour les bonnes raisons que sa dimension est essentiellement médicale et qu’il possède un versant sophrologique.
Le Karaté sophrologique n’est pas la parapsychologie qui étudie par définition l’aberrant, l’extraordinaire, les « à-côtés » de la psychologie.

Dr Guyonnaud : « Il est bien évident que l’homme est autant corps qu’esprit. Nous considérons que c’est une grossière erreur comme on l’a fait pendant longtemps en médecine de séparer le corps et l’esprit. A côté de la détente procurée par des exercices appropriés, il existe une détente psychologique. »

Laissez un commentaire

Nouveau à Poitiers :

Ouverture d’un cabinet de sophrologie et de pratique shiatsu.
Antoine vous reçoit dans son cabinet à Poitiers pour des séances de relaxation, statique, dynamique, légère ou profonde.

Laissez un commentaire
Pages