Les pressions des doigts pour apaiser les douleurs

Les indiens d’Amérique, les égyptiens ou encore les chinois luttaient contre la douleur en massant entre autre des points situés sur la paume des mains et sur la plante des pieds. Ces points appelés « zones réflexes » sont utilisés dans les techniques du toucher ou de massage. Le shiatsu est l’art corporel du toucher par excellence. Il permet d’agir en surface mais aussi (et surtout) en profondeur grâce à l’action des pouces sous forme de pressions.

Le shiatsu (pressions avec les doigts) est à mi-chemin entre l’acupuncture et les thérapies par la combustion de moxa, en liaison avec la théorie des points vitaux et la mécanisation excessive de la science médicale occidentale. Le shiatsu s’efforce de susciter les pouvoirs d’autoguérison inhérents au corps humain. Le shiatsu peut intervenir sur les fonctions physiologiques et différents systèmes : vivification de la peau, assouplissement des muscles, stimulation de la circulation, régularisation des fonctions neurales, contrôle du système endocrinien, système osseux et système digestif.

La force du shiatsu est de soulager certaines douleurs rapidement sans se gaver de produits chimiques. Il est en aucun cas question de stigmatiser ou de juger la prise de traitements médicamenteux car ils sont nécessaires voire indispensables lors de crises inflammatoires violentes ou de risques infectieux forts (bactéries, germes).

Toutefois, il est clair que la pratique régulière d’auto shiatsu (auto-massage) et de soins shiatsu (3 à 5 séances par an) permet de s’abstraire d’effets secondaires liés à la chimie et participe au fait de garder une certaine vitalité.