Ut conscientia noscatur

« Afin que la conscience soit connue » est une traduction de « Ut conscientia noscatur » ; c’est l’idée maîtresse de la sophrologie ; c’est d’ailleurs sa devise. Il est clair et fondamental que la sophrologie est la science de la Conscience Humaine. Elle est l’étude de la conscience humaine et de ses modifications par des moyens physiques, chimiques et psychologiques. Son application peut être thérapeutique, prophylactique et pédagogique. Toutefois, particulièrement grâce aux entraînements de groupe, la surface d’application tend à s’élargir si l’on considère strictement le but pédagogique et prophylactique. Étymologiquement, le mot sos-phren-logos signifie «Science de l’esprit harmonieux ». Et dans le schéma d’origine, Caycedo (le fondateur) distingue 3 états de conscience :  la Conscience Pathologique, la Conscience Ordinaire et la Conscience Sophronique. Ainsi que les différents niveaux sont la Veille Attentive, la Veille, le Sommeil, le Coma et la Mort.  Les Niveaux de veille et de sommeil se trouvent séparés par un seuil, une ligne crépusculaire :  le Niveau Sophroliminal qui possède lui-même un certain degré de profondeur.  Qu’est-ce que la Conscience ? Selon Horace English, on appelle conscience la totalité des processus permettant d’être conscient d’un moment donné, de le percevoir, de le mémoriser, de le penser, de l’aimer, d’en avoir peur. La Conscience est diminuée dans le sommeil et pendant le coma. Ce terme est aussi utilisé non seulement pour le processus d’être conscient, mais pour ce en quoi on est conscient, c’est-à-dire pour les idées, les perceptions et les émotions lorsqu’elles sont observées introspectivement. Le terme de conscience est généralement jugé trop ambigu pour être utilisé dans un but scientifique Il reste dans le langage populaire comme l’opposé du concept psychanalytique de l‘Inconscient. Selon Quillet : La Conscience est, d’une part, le sentiment d’exister, le sentiment de l’existence d’une chose, d’autre part, le jugement intérieur sur la qualité morale d’un acte. On distingue deux consciences : La Conscience Psychologique et la Conscience Morale. Seule la Conscience Psychologique intéresse la Sophrologie. La Conscience est la connaissance réfléchie ou intuitive que nous avons de nous-mêmes et de l’environnement. La Conscience est la Force Intégrative de toutes les structures et de tous les phénomènes de l’être humain.

Laissez un commentaire

Relaxation, l’art de respirer

La relaxation ouvre un bien-être mental et physique. Elle est d’ailleurs un excellent outil d’accomplissement de sa vie c’est pourquoi son importance devient aujourd’hui indéniable. La pratique de la relaxation a une action directe sur le (mauvais) stress, les angoisses, les peurs, les émotions négatives…La relaxation a de nombreux bienfaits et s’applique facilement dans les domaines du travail, du sport, de la pédagogie, de la préparation à la naissance, au développement personnel jusqu’à la psychothérapie. Associée à certains traitements médicaux, la relaxation peut être une aide précieuse en favorisant notamment la lâcher-prise. La relaxation regroupe diverses disciplines reconnues qui ont fait leur preuve, de la sophrologie à l’hypnose, de la relaxologie et les techniques de visualisation, de focalisation, d’induction, Vittoz, Schultz, Jacobson, Erickson, le yoga nidra, le zen shiatsu, etc… La relaxation s’applique aux enfants, aux adultes de tout âge, aide à préparer les examens, les compétitions sportives, à la naissance, réduit les problèmes liés au stress, aux maladies dites psychosomatiques, les troubles psychologies, les troubles de la sexualité. Dans toute méthode de relaxation, la première chose à effectuer c’est de respirer. En effet, la respiration et l’art de bien respirer est la base des relaxations. La respiration est à la base du développement des capacités physiques et psychiques et de la faculté de modifier les états de conscience.  Elle est donc essentielle à notre équilibre nerveux, mental, psychique ainsi qu’au maintien de notre harmonie (de notre santé). Pour vaincre le stress négatif, il faut apprendre à se détendre physiquement, émotionnellement et mentalement ; pour se détendre il faut apprendre à respirer…

Laissez un commentaire

Massage relaxation shiatsu

Le shiatsu applique des pressions sur le corps avec les paumes et les doigts afin d’obtenir une détente globale, une relaxation totale mais aussi afin de prévenir la maladie car il stimule les pouvoirs naturels de récupération du corps, il élimine les éléments générateurs de fatigue et favorise alors une bonne santé générale. Le shiatsu n’utilise pas d’appareils mécaniques ou de médicaments. Les points à traiter, la pression et la durée d’application choisis étant en fonction de l’objectif recherché, il n’y a pas d’effets secondaires.  Le shiatsu peut être utilisé sur des personnes de tout âge, chez les jeunes il aide à fortifier le corps, chez les adultes il prévient le vieillissement. Il est tel un baromètre de la santé ;  en effet, des exercices shiatsu réguliers aident à détecter les anomalies corporelles et empêchent l’accumulation de la fatigue. Il est efficace car il traite le corps en entier.  Un traitement localisé peut avoir des effets temporaires mais ne pourra difficilement aboutir à une guérison complète. La meilleure manière d’y parvenir est de traiter d’abord tout le corps puis les emplacements manifestant des symptômes pathologiques. L’efficacité du shiatsu, indissociable de la sensation unique de profond soulagement et d’assouvissement qu’il procure, est toujours un surprenant bonheur ! La manœuvre shiatsu est une pression digitale devant être élevé au rang d’art, car le shiatsu est l’art du toucher, l’art de dénouer les nœuds musculaires, énergétiques… en tant qu’art il est d’une grande beauté dans sa simplicité car il se reçoit facilement habillé et se donne facilement. Il nécessite toutefois de la part du praticien d’une scrupuleuse justesse dans l’accomplissement du geste. Venant du Japon, le shiatsu demande un investissement total du praticien afin d’améliorer sans cesse sa technique et sa posture dans le but continuel de procurer des séances pleinement bénéfiques !

Laissez un commentaire

Relaxation

Le Petit Larousse de la Médecine définit la relaxation comme une méthode visant à obtenir une détente par le contrôle conscient du tonus physique et mental afin d’apaiser les tensions internes et de consolider l’équilibre mental du sujet. La relaxation fait appel soit à des techniques dérivées de l’hypnose et de la suggestion, soit à un apprentissage de la détente musculaire proche du yoga ou du shiatsu. Elle permet, en utilisant les interactions du physique et du psychique, d’atteindre un état de bien-être et de plénitude. La médecine y a de plus en plus souvent recours. Anxiété, phobies, névroses, stress, grossesse, préparation sportive sont devenus aujourd’hui autant d’indications de la relaxation. Chacun peut essayer afin de trouver la méthode de relaxation qui lui convient : gymnastique douce, yoga, sophrologie, shiatsu, qi gong, etc… on trouve des techniques de relaxation statique, dynamique, active, passive, basés plus ou moins sur des exercices de respiration, de postures, de déplacements, d’assouplissements, de visualisations… Le meilleur conseil est sans doute celui d’expérimenter la technique. Des critères de coût, d’horaires, et de relation avec l’enseignant viendront compléter le choix de la discipline de relaxation choisie.

Pour suivre des cours, des ateliers de relaxation sur Poitiers : Poitou Shiatsu 

 

Laissez un commentaire

Relaxation, vous avez dit relaxation ?

En ces temps où stress, anxiété, fatigue envahissent le quotidien, chacun a le droit de se relaxer. Mais comment se relaxer ? Entre les sports déjà connus et les disciplines nouvelles, entre les techniques ancestrales et celles qui apparaissent, quelle méthode de relaxation utiliser ? En premier lieu, il convient de savoir le temps que l’on souhaite accorder à une activité de relaxation. Quelques minutes sont nécessaires pour se relâcher mais 1 heure d’exercice permettra une relaxation plus profonde. Un atelier sur une demi-journée est tout indiqué si l’on souhaite ressentir ou vivre une relaxation profonde et complète. Ensuite, parmi la panoplie des techniques, qu’elles soient occidentales ou orientales : certaines se concentrent sur des exercices de respiration et de visualisation comme la sophrologie, la relaxation progressive de Jacobson, Vittoz… où les relations réciproques esprit/corps, cerveau/muscles sont marquées. D’autres priorisent un travail de relâchement musculaire et de lâcher prise avec des auto-massages sur le corps comme le shiatsu où la relation corps vers esprit est appuyée, ou encore des postures méditatives. Aussi, l’équipement imposé et le prix variant considérablement, ils peuvent devenir des indicateurs dans le choix de la discipline de relaxation. Certains courants comme le yoga demanderont l’achat d’un tapis, plaid ou couverture, coussin type zafu, des gymnastiques douces ou posturales des ballons, tapis voire des bâtons, des arts martiaux un kimono… Un tarif élevé ne garantira pas la compétence et le sérieux de l’enseignant. Des prestations non tarifées seront sans doute également à suspecter. Ensuite, il paraît efficace de pratiquer des disciplines complémentaires. Par exemple, si on exerce de la relaxation statique, dans une position allongée, confortable, au chaud, en état de semi sommeil, il sera intéressant de pratiquer de la relaxation dynamique avec des étirements passifs, des assouplissements. Enfin, il convient d’être curieux. Rien ne vaut l’expérimentation, les rapports à la discipline choisie et à l’enseignant sont tellement personnels c’est pourquoi essayez et faites-vous votre propre idée ! Bon, à vos marques, prêts, relaxez-vous…

Laissez un commentaire