Ut conscientia noscatur

« Afin que la conscience soit connue » est une traduction de « Ut conscientia noscatur » ; c’est l’idée maîtresse de la sophrologie ; c’est d’ailleurs sa devise. Il est clair et fondamental que la sophrologie est la science de la Conscience Humaine. Elle est l’étude de la conscience humaine et de ses modifications par des moyens physiques, chimiques et psychologiques. Son application peut être thérapeutique, prophylactique et pédagogique. Toutefois, particulièrement grâce aux entraînements de groupe, la surface d’application tend à s’élargir si l’on considère strictement le but pédagogique et prophylactique. Étymologiquement, le mot sos-phren-logos signifie «Science de l’esprit harmonieux ». Et dans le schéma d’origine, Caycedo (le fondateur) distingue 3 états de conscience :  la Conscience Pathologique, la Conscience Ordinaire et la Conscience Sophronique. Ainsi que les différents niveaux sont la Veille Attentive, la Veille, le Sommeil, le Coma et la Mort.  Les Niveaux de veille et de sommeil se trouvent séparés par un seuil, une ligne crépusculaire :  le Niveau Sophroliminal qui possède lui-même un certain degré de profondeur.  Qu’est-ce que la Conscience ? Selon Horace English, on appelle conscience la totalité des processus permettant d’être conscient d’un moment donné, de le percevoir, de le mémoriser, de le penser, de l’aimer, d’en avoir peur. La Conscience est diminuée dans le sommeil et pendant le coma. Ce terme est aussi utilisé non seulement pour le processus d’être conscient, mais pour ce en quoi on est conscient, c’est-à-dire pour les idées, les perceptions et les émotions lorsqu’elles sont observées introspectivement. Le terme de conscience est généralement jugé trop ambigu pour être utilisé dans un but scientifique Il reste dans le langage populaire comme l’opposé du concept psychanalytique de l‘Inconscient. Selon Quillet : La Conscience est, d’une part, le sentiment d’exister, le sentiment de l’existence d’une chose, d’autre part, le jugement intérieur sur la qualité morale d’un acte. On distingue deux consciences : La Conscience Psychologique et la Conscience Morale. Seule la Conscience Psychologique intéresse la Sophrologie. La Conscience est la connaissance réfléchie ou intuitive que nous avons de nous-mêmes et de l’environnement. La Conscience est la Force Intégrative de toutes les structures et de tous les phénomènes de l’être humain.

Laissez un commentaire

Sophrologie vs hypnologie

Les techniques efficaces pour mieux-vivre sont nombreuses ; parmi celles qui ont fait leur preuve dans la lutte contre le stress, la sophrologie et l’hypnose sont incontournables. Mais quelle est la différence entre la sophrologie et l’hypnologie ? Qu’elle que soit la méthode, une consultation démarre par un entretien entre le patient et le thérapeute. Il existe clairement des points en commun entre ces 2 disciplines. Par exemple, le thérapeute utilise la voix comme support d’accompagnement. Il pratique également des visualisations et modifient les mêmes niveaux de conscience. En revanche, on note de grandes différences entre l’hypnothérapie et la sophrologie. La sophrologie représente la science de la conscience (ouverture du champ conscient) quand l’hypnose s’intéresse essentiellement à l’inconscient (champ du non conscient). Aussi, la sophrologie est un accompagnement plus centré sur la personne que sur le problème du patient, et elle s’inscrit surtout dans son quotidien. Pour résumer, la sophrologie apporte de l’autonomie au patient et est indiquée dans les champs de la réalisation de soi, les addictions, la gestion du stress alors que l’hypnose guide plus directement le patient et est particulièrement adaptée aux états d’analgésie, d’anesthésie ou encore dans le cadre d’événements traumatiques. Enfin, si vous êtes adeptes des tours de magie, désolé mais l’hypnose ne répondra pas à votre demande car elle reste un outil de psychothérapie.

Laissez un commentaire

Pratiquez le Karaté Sophrologique

Le Karaté Sophrologique est un sport médical inventé par Docteur Jean-Paul GUYONNAUD dans les années 70. Comme son nom l’indique, le Karaté sophrologique est à la fois oriental par le karaté, et occidental par la sophrologie. Cette méthode « française » a été créée par Dr Guyonnaud, qui fait parti des premiers pionniers de la sophrologie, grandement médiatisée par Caycedo au Congrès de Madrid en 1960, avec les Drs Chercheve, Gabai, Sol, Abrezol, Dumont, Donnars, Cahen, Boon, Hubert.

Mais qu’est-ce que le Karaté Sophrologique ?
Le corps au secours de l’esprit,
L’esprit au secours du corps,
La médecine au secours de la psychologie,
La psychologie au secours de la médecine,
Un art martial au secours de la psychologie,
La psychologie au secours d’un art martial,
L’acupuncture au secours de la sophrologie,
La sophrologie au secours de l’acupuncture,
L’Orient au secours de l’Occident,
L’Occident au secours de l’Orient.

Dans le Karaté sophrologique on distingue des exercices respiratoires et des exercices corporels. Les cours commencent par des techniques de respiration puis nous enchaînons sur des exercices de posture composés de techniques de défense, d’assouplissements articulaires, d’étirements musculaires, de renforcement des tendons notamment. Dans le Karaté sophrologique il y a du Taichi, du Qigong, de la relaxation basée sur l’acupuncture. C’est un trait d’union entre la pensée occidentale et la pensée orientale, entre la pensée indienne et la pensée chinoise.

Ce que n’est pas le Karaté Sophrologique :
Le Karaté sophrologique n’est pas le magnétisme car il n’utilise pas de passes.
Le Karaté sophrologique n’est pas l’hypnotisme compris dans le sens de braidisme car il n’utilise pas la fixation visuelle.
Le Karaté sophrologique n’est pas l’hypnose car il ne recherche pas le sommeil hypnotique.
Le Karaté sophrologique n’est pas la sophrologie car il utilise les attitudes posturales martiales.
Le Karaté sophrologique n’est pas le training autogène de Schultz, relaxation de préférence, car contrairement à celui-ci il n’est pas exclusivement psychique ou uniquement statique.
Le Karaté sophrologique n’est pas la suggestion car il est une psychothérapie à partir des arts martiaux.
Le Karaté sophrologique n’est pas le karaté pour les bonnes raisons que sa dimension est essentiellement médicale et qu’il possède un versant sophrologique.
Le Karaté sophrologique n’est pas la parapsychologie qui étudie par définition l’aberrant, l’extraordinaire, les « à-côtés » de la psychologie.

Dr Guyonnaud : « Il est bien évident que l’homme est autant corps qu’esprit. Nous considérons que c’est une grossière erreur comme on l’a fait pendant longtemps en médecine de séparer le corps et l’esprit. A côté de la détente procurée par des exercices appropriés, il existe une détente psychologique. »

Laissez un commentaire