La sophrologie pour mieux dormir

Parmi les méthodes naturelles anti-stress la sophrologie se révèle comme discipline très efficace pour mieux dormir. Comment retrouver un sommeil profond, qui permet de récupérer et de se ressourcer ? Grâce à des mécanismes autour de la respiration et de la visualisation la sophrologie permet de relâcher toutes les tensions accumulées dans la journée : le système nerveux est calmé, le mental est apaisé, le corps se détend car on canalise ses pensées et on déconnecte.

Accessible à tous, la sophrologie se compose d’exercices simples. En voici 2 qui aideront l’endormissement et la détente profonde.

1. Après s’être installé confortablement en position assise ou allongée, essayer de vous « grandir » (étirer la colonne vertébrale) tout en abaissant les épaules. Ensuite, inspirer par le nez en ouvrant le thorax et en gonflant le ventre comme un ballon puis expirer lentement par la bouche en rentrant l’abdomen. La durée de l’exercice au moins 3 minutes. Plus la respiration est lente, plus la détente est profonde.

2. En position allongée sur le dos, les yeux sont fermés, laisser aller la respiration lente, calme. L’exercice consiste à prendre conscience des zones du corps en tension et à se concentrer à dénouer les muscles ciblés. Commencer par détendre les zones du visage, le front, les yeux, les joues, la mâchoire puis continuer par les épaules, les bras, les mains, les doigts, puis le dos, la nuque. Laisser aller la sensation de relâchement musculaire jusqu’aux cuisses, mollets, pieds et orteils.

Pour aller plus loin, lire la méthode de relaxation SoMArt© la sophrologie martiale

Laissez un commentaire

Que valent les médecines douces ?

familleHoméopathie, acupuncture, ostéopathie, shiatsu, sophrologie, hypnologie, phytothérapie…les thérapies douces ou complémentaires sont en plein essor. Le magazine Famille Chrétienne dévoile dans son dossier santé de mai 2015 une enquête sur les médecines douces. Celles-ci seraient perçues aux yeux des Français comme plus humaine et plus naturelle.

Les séances telles que l’acupuncture ou le shiatsu aident souvent à mieux supporter les traitements conventionnés voire de les rendre plus performants. C’est sans doute pour cela que les médecines alternatives complémentaires (MAC) sont étudiées, de plus en plus au sein des chaires universitaires de recherche.

Plusieurs aspects sont aujourd’hui reconnus car des preuves grandissantes manifestes émergent. Par exemple, il arrive que la médecine naturelle offre des solutions là où la médecine moderne ne sait pas répondre (en en tout cas proposer) ; on peut cite le périmètre des traitements des allergies et des intolérances.

Enfin, la grande composante des MAC est bien entendu son action formidable dans le domaine de la prévention. L’approche privilégiée est une approche globale de la santé mais aussi personnalisée. On étudie le terrain, qui est une notion capitale favorisé par diverses données : alimentation, sommeil, ambiance de travail, hygiène de vie…

Laissez un commentaire

Pratiquez le Karaté Sophrologique

Le Karaté Sophrologique est un sport médical inventé par Docteur Jean-Paul GUYONNAUD dans les années 70. Comme son nom l’indique, le Karaté sophrologique est à la fois oriental par le karaté, et occidental par la sophrologie. Cette méthode « française » a été créée par Dr Guyonnaud, qui fait parti des premiers pionniers de la sophrologie, grandement médiatisée par Caycedo au Congrès de Madrid en 1960, avec les Drs Chercheve, Gabai, Sol, Abrezol, Dumont, Donnars, Cahen, Boon, Hubert.

Mais qu’est-ce que le Karaté Sophrologique ?
Le corps au secours de l’esprit,
L’esprit au secours du corps,
La médecine au secours de la psychologie,
La psychologie au secours de la médecine,
Un art martial au secours de la psychologie,
La psychologie au secours d’un art martial,
L’acupuncture au secours de la sophrologie,
La sophrologie au secours de l’acupuncture,
L’Orient au secours de l’Occident,
L’Occident au secours de l’Orient.

Dans le Karaté sophrologique on distingue des exercices respiratoires et des exercices corporels. Les cours commencent par des techniques de respiration puis nous enchaînons sur des exercices de posture composés de techniques de défense, d’assouplissements articulaires, d’étirements musculaires, de renforcement des tendons notamment. Dans le Karaté sophrologique il y a du Taichi, du Qigong, de la relaxation basée sur l’acupuncture. C’est un trait d’union entre la pensée occidentale et la pensée orientale, entre la pensée indienne et la pensée chinoise.

Ce que n’est pas le Karaté Sophrologique :
Le Karaté sophrologique n’est pas le magnétisme car il n’utilise pas de passes.
Le Karaté sophrologique n’est pas l’hypnotisme compris dans le sens de braidisme car il n’utilise pas la fixation visuelle.
Le Karaté sophrologique n’est pas l’hypnose car il ne recherche pas le sommeil hypnotique.
Le Karaté sophrologique n’est pas la sophrologie car il utilise les attitudes posturales martiales.
Le Karaté sophrologique n’est pas le training autogène de Schultz, relaxation de préférence, car contrairement à celui-ci il n’est pas exclusivement psychique ou uniquement statique.
Le Karaté sophrologique n’est pas la suggestion car il est une psychothérapie à partir des arts martiaux.
Le Karaté sophrologique n’est pas le karaté pour les bonnes raisons que sa dimension est essentiellement médicale et qu’il possède un versant sophrologique.
Le Karaté sophrologique n’est pas la parapsychologie qui étudie par définition l’aberrant, l’extraordinaire, les « à-côtés » de la psychologie.

Dr Guyonnaud : « Il est bien évident que l’homme est autant corps qu’esprit. Nous considérons que c’est une grossière erreur comme on l’a fait pendant longtemps en médecine de séparer le corps et l’esprit. A côté de la détente procurée par des exercices appropriés, il existe une détente psychologique. »

Laissez un commentaire